Journée de Rencontre 2018 – Aalter

Enfant & Handicap

Tel était le thème – particulièrement émotionnel – de la 13ème journée de rencontre de l’ANAH, qui s’est déroulée le 17 novembre à Aalter et à laquelle ont assisté plus de 200 Rotariens.

Le Rc Aalter, club organisateur, avait choisi un lieu prestigieux pour accueillir la manifestation : le Woestyne Meeting & Event Venue, bâtisse restaurée d’une exploitation agricole dont l’histoire remonte jusqu’au 9ème siècle.

Après le mot d’accueil de René Moulan, vice-président de l’ANAH, ce sont Tom Deschoemacker (président du Rc Aalter) et Pieter De Crem (bourgmestre d’Aalter) qui ont souhaité la bienvenue aux participants, sans oublier de souligner le bon fonctionnement de l’asbl rotarienne ANAH et le bien-fondé de ses projets autour de l’enfant handicapé.

Le président André Oeyen s’est plu à relever la croissance régulière du nombre de Rotary clubs qui collaborent avec l’ANAH et, par voie de conséquence, l’augmentation des moyens d’action. L’association s’avère être un important levier financier pour les clubs ayant à cœur de soutenir des actions en faveur des personnes avec restriction, sous le slogan ‘ensemble, nous sommes forts’.

De nombreuses initiatives concrètes ont été présentées. Tout d’abord l’asbl De Ouders, créée en 2017 par trois mamans d’enfants avec restriction. Via un site web dédié et des newsletters, elles informent les parents vivant la même situation familiale ainsi que les professionnels du secteur. Une plateforme privée permet également à ces parents d’échanger confidences, trucs et astuces… Depuis sa création, un millier d’entre eux utilisent cet outil internet : un succès inespéré. Les parents peuvent aussi se rencontrer physiquement lors des ‘journées des familles’, organisées dix fois par an.

L’asbl Au Fil de l’Eau, active depuis 2003 dans la région hutoise, organise la vie en communauté de valides et de moins valides au sein d’un centre de vie et de convivialité comprenant notamment une piscine adaptée aux P.M.R., une crèche mixte accueillant 21 enfants, dont 4 à 6 sont porteurs de handicap(s), ou encore des appartements pour personnes de plus de 55 ans, ceci afin de créer un habitat groupé participatif.

‘Parler’ avec un bébé sourd, c’est l’objectif d’un des projets pédagogiques novateurs portés par l’association ’t Signaal, qui défend une vision ‘bilinguistique et biculturelle’, soit permettre à des enfants sourds et malentendants de grandir avec la langue des signes, la culture entendante (majoritaire) et la culture sourde. Une équipe enthousiaste de bénévoles et d’universitaires sont là pour guider les familles à partir de leur expérience et de leur expertise, l’asbl souhaitant offrir aux enfants sourds les meilleures opportunités en vue d’un développement total, équilibré et réussi.

Avant la pause-café, le professeur Laurent Servais de l’Association Belge contre les Maladies Neuro-Musculaires est venu parler de l’amyotrophie spinale (SMA) et de ses traitements. Il s’agit d’une maladie qui se présente sous la forme d’une perte de force musculaire, avec l’installation d’une paralysie progressive. L’asbl propose un programme de dépistage néonatal de la SMA sur trois ans en Belgique. Ce projet constituera un paradigme du screening génétique, qui deviendra nécessaire pour d’autres maladies neuromusculaires.

Pause, moments de détente, de rencontres, de réseautage… Et vient le tour de School & Ziekzijn, une organisation qui dispense des cours à des élèves de 5 à 18 ans contraints de s’absenter régulièrement et/ou longuement de l’école (maladie, accident, revalidation…). S&Z se fixe ainsi comme mission de limiter au maximum le retard scolaire. Les ‘animateurs de leçons’, pour la plupart issus du monde enseignant, sont tous bénévoles, S&Z se charge de la coordination et finance les frais de déplacement, le matériel didactique…

‘Que deviendra-t-il/elle lorsque je ne serai plus là ?’ Pour les parents dont l’enfant est porteur d’un handicap, cette question angoissante résonne tout au long de la vie. L’asbl Madras offre un service d’accompagnement aux personnes en situation de handicap après la mort de leurs parents (protection légale, soutien au quotidien…). Elle édite également des guides pratiques contenant de nombreux outils et des réponses à toutes sortes de questions concrètes.

À Zemst, la Villa Clementina est une garderie de jour inclusive pour jeunes enfants avec ou sans restriction, dans un environnement vert et accueillant. Les résidents jouent, grandissent et évoluent ensemble dans un nid protégé où chaque enfant, quel que soit son problème de développement ou sa différence socio-économico-culturelle, reçoit toutes les chances de s’épanouir.

Parthages/Handipeople organise des ateliers pour enfants (jusqu’à 15 ans) visant à favoriser l’empathie et la tolérance parmi les jeunes, l’objectif ultime étant de faire avancer l’inclusion au sein de notre société. Des initiatives existent également pour sensibiliser le monde adulte (ex. : inciter les entreprises à ouvrir leurs portes aux personnes différentes).

Pour terminer, un projet local : ’t Bellemhuis, une maison où vivent neuf jeunes adultes polyhandicapés. Durant la journée, ils sont accueillis dans un institut d’enseignement spécialisé. Une vie de qualité, aussi autonome que possible, tel est le fil rouge constamment suivi. Lors de cette journée de rencontre, le Rc Aalter en a profité pour réitérer son soutien à ce projet via un chèque de 2.500 € (voir photo p. 15).

Durant le verre de l’amitié et le lunch qui a suivi, les contacts et les liens ont continué à se nouer, il ne serait dès lors pas étonnant que de nouvelles collaborations en découlent. En attendant, nous vous donnons déjà rendez-vous à Liège l’année prochaine pour la 14ème journée de rencontre de l’ANAH.

Rapport: Jo Sucaet
Rotaryclub Aalter

Traduction: Denis Crépin